Historique

La Fondation du Judaïsme Français a été fondée en 1974 par le Fonds social juif unifié, l’oeuvre d’assistance sociale à l’enfance juive, l’action sociale par l’habitat et des personnes privées et morales : Jan Aron Samuel, Diane Benvenuti, Antoine Bernheim, Maurice de Botton, Régine Choucron, Paul Curtay, Alain de Gunzburg, Joseph Khaida, André Meyer, Joseph Nahmias, David de Rothschild, Edmond de Rothschild, Elie de Rothschild, Guy de Rothschild, Arthur Rubinstein, Gilbert Salomon Lambert, les Fils de Joseph Weil (Sarl Besançon).

Elle a été reconnue d’utilité publique en 1978.

 

La Fondation du Judaïsme Français occupe une place singulière dans le paysage des fondations et dans celui des institutions juives.

Par le nombre de fondations individualisées abritées, elle est la troisième fondation de l’hexagone, après la Fondation de France et l’Institut de France. Elle apparaît comme la première fondation collectrice de dons dans le cadre de la loi Tepa relative à l’ISF.

Elle est aussi une des rares fondations françaises investies dans un spectre très large d’activités, au sein duquel la culture joue un rôle éminent.

La Fondation du Judaïsme Français est une institution reconnue d’utilité publique, qui compte parmi son Conseil d’administration deux représentants de l’Etat. Elle est particulièrement attentive à l’évolution de la société française et à l’harmonie entre ses composantes. Elle a vocation à proposer des espaces de rencontres favorisant dialogues et échanges.

La Fondation se préoccupe, particulièrement, de contribuer à une meilleure transmission et connaissance de la pensée juive d’hier et d’aujourd’hui, notamment auprès des jeunes adultes.

Ouverte à la création de fondations individualisées, porteuses de projets et visions pérennes, la Fondation du Judaïsme Français connait un développement significatif. Elle entend continuer d’être un acteur, au positionnement unique, du rayonnement du judaïsme en France et du resserrement des liens avec Israël.

 

Ariel Goldmann

Président