Prix Bernheim

Le Prix Francine et Antoine Bernheim des Arts, des Lettres et des Sciences

Fondation Renée et Léonce Bernheim (créée en septembre 2005)

Nous souhaitons rendre hommage à David Kessler qui nous a quittés prématurément le 5 février 2020 ; personnage éminent de la vie culturelle française il avait présidé les jurys des prix Bernheim, avant de céder son titre à Dominique Bourel.

Avec trois prix distincts dans le domaine de l’Art, des Lettres et des Sciences, la Fondation pour le Judaïsme Français, qui gère la fondation sous égide Renée et Léonce Bernheim, s’intéresse à la création contemporaine. Elle met ainsi en valeur, sous l’éclairage de ses prix, l’apport créatif de la  « culture juive » à la culture nationale, voire « universelle ».

Avec ces trois prix, la Fondation dispose ainsi des moyens de saluer la diversité dans différentes dimensions : artistes et savants, créateurs et penseurs, juifs et non juifs, hommes et femmes.

PRIX Francine et Antoine BERNHEIM 2019

Les fidèles amateurs ont eu le bonheur de se retrouver, après deux ans d’itinérance, au théâtre du Vieux Colombier, pour la cérémonie officielle de remise des Prix qui s’est déroulée lundi 27 mai 2019.

Les jurés des prix 2019 ont souhaité couronner 3 artistes pour leur engagement éthique et humaniste mais sans concession au service de la lutte contre les dérives racistes et antisémites.

Ainsi, Michel Kichka, caricaturiste, a été récompensé pour le prix des Arts tant pour son travail graphique à travers ses bandes dessinées, que pour la sensibilité qu’il exprime dans ses ouvrages, Deuxième Génération, ce que je n’ai pas dit à mon pèreFalafel sauce piquante, et Cartooning for Peace. Samuel Blumenfeld, membre du jury et critique de cinéma au journal le Monde, a présenté es œuvres.

Brice Couturier, journaliste à France Culture a eu le privilège de remettre à Marc Weitzmann le Prix des Lettres en considération de son œuvre solide d’écrivain lucide et en particulier en reconnaissance pour son récent ouvrage Un temps pour haïr qui contribue de façon majeure à l’analyse de notre époque.

La troisième distinction a été remise par Daniel Dayan directeur de recherches émérite au CNRS, à un savant, Pierre-André Taguieff, pour la qualité et la grande érudition de ses travaux de recherches et en remerciement à son fidèle engagement pour lutter contre tous les racismes et l’antisémitisme.

Chaque lauréat a reçu des mains des Vice-présidentes de la Fondation, Laurence Borot et Emmanuelle Bensimon-Weiler, l’élégant et délicat trophée réalisé par Elisabeth Raphaël.

Les discours profonds et sérieux ont été entrecoupés par des morceaux entraînants de musique Klezmer choisis et interprétés par Vincent Segal, accompagné de Sébastien Surel et Tomas Gubitsch.

           

                         

 

PRIX Francine et Antoine BERNHEIM 2018

           

 

                                

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

10 ans déjà ! « 10 années talentueuses » comme le titra la rétrospective vidéo réalisée pour cette occasion par Marianne Lère, et produite par Anne Schuchman. 10 années talentueuses, celles des lauréats dans leur diversité de profils, celles des jurys qui ont su avec compétence, disponibilité, sensibilité, les identifier dans une atmosphère amicale et généreuse. Tel était le calicot frontispice de cette nouvelle soirée de remise des Prix Francine et Antoine Bernheim, des Arts, Lettres, Sciences, le 28 mai 2018, au Théâtre du Rond-Point à Paris. Avec pour fil conducteur un hymne à la vie. Et un agenda relié, en prélude, à la saison France-Israël.

 

 

 

 

 

 

 

Trois motifs croisés, liés en natte qui résonnèrent dans les choix des accompagnements musicaux, les choix de poèmes lus, les discours de salutations solennelles, l’animation enthousiaste du présentateur, et bien évidemment les remises des Prix aux lauréats de l’année, et l’élégance du trophée réalisé par Elisabeth Raphaël qui leur fut remis à chacun. Accueillie par le directeur du Théâtre du Rond-Point, Jean Michel Ribes venu saluer les 700 présents, animée généreusement par André Manoukian, ouverte avec « Vivo » extrait de la Gaité Parisienne d’Offenbach, la soirée de remise des Prix débuta avec les allocutions d’Ariel Goldman Président de la Fondation du judaïsme français, de Laurence Sigal nouvelle directrice de la FJF, et de Dominique Bourel, président des jurys.

Après leurs salutations, et avant la cérémonie elle-même de remise des Prix, fut diffusée, recueillant un succès unanime, la rétrospective, manifeste et mémorial simultanément, de l’Esprit et de l’Histoire du Prix après son renouvellement, dix années auparavant. Rétrospective construite autour d’un entretien avec ceux qui en portèrent le sens avec constance, comme l’organisation chaque année, Gérard Rabinovitch, secrétaire général du Prix, et Nathalie Serfaty, directrice des programmes et relations avec les fondations, et qui permit de vignettes vidéo en saisies photographiques de reparcourir les temps forts, chaleureux, réjouissants, émouvants des 10 années précédentes.

Émaillés des lectures de poèmes choisis de Claude Vigée, Yehuda Amihaï, Et Ghérasim Lucas, odes fines et profondes à la Vie, par Odile Cohen et Laurent Natrella, les remises des Prix aux lauréats de cette année furent l’occasion une fois encore, et comme chaque fois de nouer dans une cohérence implicite, les trois prix Arts, Lettres, Sciences, dans un Esprit justement nommé d’« Humanités juives ».

Ce fut cette année autour des échanges entre Claude Klein, professeur de droit, doyen honoraire de l’Université Hébraïque de Jérusalem, lauréat du Prix des Sciences et Paul Zawadzki du jury des Sciences ; entre Laurence Sendrowicz, traductrice, lauréate du prix des Lettres, pour son œuvre de traductrice, et Gilles Rozier du jury des Lettres ; entre Yosef Dadoune, artiste plasticien, lauréat du prix des Arts et Sonia Wieder Atherton du jury des Arts.

La soirée se poursuivit par un concert réunissant la plupart des musiciens qui participèrent aux remises des prix précédents réunis pour cette occasion des 10 ans, ainsi que des musiciens qui furent lauréats du Prix. Citons :  Frank Anastasio, Laurent Bataille, Denis Cuniot, Jacques Schwarz-Bart, Jean Claude Ghrenassia, Olivier Hutman, Philippe Mallard, Eric Slabiak, Jean-Philippe Sluys, Sonia Wieder Atherton, la chanteuse Stephy Haïk et Rémi Yulzari qui fit les arrangements.

Moment concertiste, soutenu des recommandations d’Alain Granat et Jean Claude Ghrenassia, mis sous le chapiteau de l’année France Israël, et qui permit à l’ensemble de ces musiciens de réunir leurs talents très applaudis, autour de mélodies et chansons du répertoire de la chanson française et chanson israélienne.

Vidéo de la soirée disponible ici