Fondation Léon Skop et Féla Rosenbaum

Créée à la mémoire de ses parents par Paul Skop, professeur de technologie à Lyon, cette fondation abritée par la Fondation du judaïsme français se propose de favoriser la vie et le développement de la langue et la culture yiddish en récompensant des personnes ou institutions qui travaillent à son rayonnement. Elle a ainsi déjà distingué des journalistes, écrivains, centres d'études et bibliothèques.

Prix 2013 attribué au Centre National de la Mémoire Arménienne

Préservation et diffusion de la culture arménienne

Prix 2012 attribué à Ibuka

Mémoire génocide Tutsi au Rwanda

Prix 2011 attribué à Yitskhok Niborski

Préservation et renouveau du yiddish

Prix 2010    attribué à ALPIL, CLASSES et CIMADE Rhônes-Alpes

Actions auprès des Roms

Prix 2009 attribué à Golda Tencer, Fondation Shalom Varsovie

Restauration historique des juifs de Pologne

Prix 2008 attribué à Ariel Sion pour son action en faveur de la culture Yiddish

Les travaux et l'action de cette dernière sont ainsi récompensés par cette fondation dont l'objet est "d'encourager l'expression et la création en Yiddish...".

Historienne, traductrice de l'anglais et du yiddish, responsable de la Bibliothèque du Mémorial de la Shoah, productrice d'émissions de radio et collaboratrice de programmes israélites à la télévision, Ariel Sion a, par son parcours, démontré la vitalité d'une culture formant l'un des piliers identitaires du monde juif contemporain.

Une cérémonie détendue et chaleureuse s'est déroulée dans les locaux de la Fondation du judaïsme français, le 10 décembre dernier à l'occasion de la remise du Prix de la Fondation Léon Skop et Féla Rosenbaum. Cette récompense a été attribuée cette année à Ariel Sion pour ses travaux et son engagement en faveur de la langue et de la culture yiddish. Coiffée d'une magnifique toque aux couleurs chatoyantes, la lauréate était visiblement heureuse et de la récompense et d'être là, entourée d'amis.

Directrice générale de la Fondation du judaïsme, Nelly Hansson a tenu à saluer l'instigateur du Prix, Paul Skop, ainsi que la lauréate pour leur action respective afin de "attiser et faire vivre les braises de l'univers yiddish". Elle a aussi voulu dire à la "vieille amie" qu'est Ariel son bonheur de se retrouver là assis entre compagnons, comme dit la chanson : "Hiné ma tov ..." (inspirée du Psaume 133).

Puis ce fut au tour de Claude Hampel, du Cercle Bernard Lazare, rédacteur en chef des Yiddishe Heften et membre du jury, de dire sa joie de cette récompense attribuée pour "la fidélité à la culture yiddishe et à une personne, Thérèse Jasmin-Libermann". Cette dernière nous a quittés il y a quelques années, avec l'élégance d'esprit et surtout d'âme qui la caractérisait. Nous a quittés... Pas si sûr, car en entendant citer son nom dans les remerciements d'Ariel Sion aux personnes et institutions qui l'honoraient ce jour, tous ceux qui ont connu Thérèse Jasmin, eurent un peu le sentiment qu'elle était là, parmi nous. Avec son regard pétillant et son sourire d'ange, son humour parfois impitoyable et sa formidable puissance d'espérance, cette même puissance douce qui en a conduit plus d'un à vouloir en savoir plus sur le yiddish et l'univers qui parle à travers cette langue. Ariel Sion, elle, a rappelé ce qu'elle devait à cette "tante d'adoption" dans son engagement de "transmission de cette importante part du patrimoine juif qu'est la culture yiddish" Elle l'a fait, entre autres, avec des émissions sur les radios juives naissantes, poursuivies sur les ondes de Judaïques FM. La lauréate a aussi évoqué son travail d'enseignement, sa contribution à la réflexion sur "la place des femmes dans les judéo-langues" ainsi que son œuvre de traductrice, souvent née de l'amitié et de rencontres, comme celle de Sylvie Vager-Roubinovitz qui lui confia le manuscrit du journal de son grand-père.

Prix 2007 attribué à la Maison de la Culture du Yiddish-Bibliothèque Medem et au Centre Medem

Décerné pour la première fois en 2006, ce prix, d'un montant de 3000 euros, encourage la création en langue yiddish. En 2007, il est remis à deux institutions qui tiennent, chacune à sa manière, une place centrale dans le maintien et la diffusion du yiddish. Le prix a été remis aux lauréats au cours d'une cérémonie privée le 12 décembre 2007.
Estelle Hulakk pour la Maison de la Culture Yiddish, actions en faveur de la culture yiddish la bibliothèque Medem et le Centre Culturel Medem /p>

Prix 2006 attribué à Rafaël Goldwasser et Astrid Stark

Théâtre en yiddish et Yiddish médiéval